A contre sens
A contre sens
A contre sens
A contre sens

A contre sens

Projet de fin d’études – Les non-voyants

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la cécité est un inconvénient majeur pour l’éducation, l’insertion sociale & professionnelle. Mais, au delà des aspects négatifs, les non-voyants sont capables de développer leurs sens, d’y être plus attentif pour compenser le manque de vision.

Après plusieurs rencontres, je me suis rendu compte qu’ils utilisaient principalement leurs sens dans un souci d’efficacité, de sécurité, qui selon Maslow se réfère aux besoins primaires.

Mais alors, ont-ils la possibilité de satisfaire leurs besoins secondaires ? Tel que le lien social, la culture et le loisir ?

La loi handicap de 2005 notifie qu’en 2015 tous les ERP doivent être accessible quelque soit le handicap, mais, en 2012, seulement 10 % l’étaient.

Une information vérifiée par mes interviews à l’association Valentin Haüy, qui ont mises en exergue la non-accessibilité des musées pour les non-voyants : ils n’y sont pas autonome et n’ont pas les mêmes informations que les voyants.

C’est pourquoi j’ai décidé de créer une exposition sensorielle :

Les sens, un  moyen universelle d’appréhender la culture.

Mon projet a pour volonté de s’adapter à la multiplicité des identités, de recréer du lien social, de promouvoir le ‘vivre ensemble’, et de créer une dynamique d’entraide entre les gens.

C’est un accès à la culture dans une structure adaptée pour les non-voyants et une mise en lumière de ce handicap pour les voyants, qui porteront un bandeau sur les yeux.

Mon projet va plus loin que les musées actuels, plus ludique, il permet de vivre la culture de l’intérieur, les spectateurs deviennent acteurs de l’expérience.

J’ai choisi l’histoire de Nantes et le Château des Ducs de Bretagne pour cette expérimentation originale. ‘A contre sens’ permet de vivre et découvrir l’histoire de Nantes de l’intérieur, dans la tête, les pensées de personnages qui l’ont marqué ; comme une sorte d’introspection.

L’expérience, guidée par un médiateur culturel non-voyant s’effectue par groupe de 6. Celui-ci conte l’histoire, répond aux questions, rassure et garantit la sécurité des visiteurs.

INFO EXPO :

Une des deux expériences de l’exposition nous immerge dans l’esprit du bourreau qui a guillotiné les sœurs de la Métairie en 1793 sur la place du Bouffay.

Ces soeurs faisaient le bien autour d’elles, mais à l’époque, secourir les pauvres, c’était se rendre suspect ; elles furent donc arrêtées et condamnées à mort le 19 décembre 1793.

Une tradition Nantaise rapporte que, quelques jours après l’exécution le bourreau fut pris de remords, de délire, de fièvre brûlante, croyant sans cesse avoir sous les yeux les jeunes soeurs auxquelles il demandait grâce; et mit fin à ses jours.

Un an après, la guillotine fut démontée de la place du Bouffay. Les exécutions publiques cessèrent.

 

Bande son de l’expérimentation :